LUNDI 30  AOÛT | Acquis et apprentissages de la pandémie : vers un conseil scientifique 2.0?

La pandémie de COVID-19 a agi comme révélateur des façons dont les décisions peuvent être informées par les données probantes. Des structures bien établies ont failli, tandis que de nouvelles initiatives ponctuelles se sont révélées prometteuses. Quels changements structurels, au niveau local ou au niveau global, seraient nécessaires? Comment mettre en place des pratiques inclusives? Est-ce même possible? Comment prendre en compte l’environnement et le contexte local? À quoi ressembleront les interfaces entre la science, la politique et la société dans un monde post-COVID?

Les heures sont exprimées en heure avancée de l’Est (heure de Montréal)

8 h 30 | Mots de bienvenue

8 h 30 – 8 h 45

François Legault
– Premier ministre du Québec, Canada
Valérie Plante
– Mairesse de Montréal; Cheffe de Projet Montréal, Québec, Canada
Peter Gluckman
– Président sortant, INGSA; Président élu, International Science Council; Directeur, Koi Tū : the Centre for Informed Futures à l’Université d’Auckland, Nouvelle Zélande
Rémi Quirion
– Scientifique en chef du Québec; Président élu, INGSA, Canada

8 h 45 │ Plénière : Réflexions sur la COVID-19 : quels scénarios pour la suite?

8 h 45 – 9 h 30

Cette séance jettera les bases d’une nouvelle ère de relations entre sciences et politiques publiques dans un monde post-pandémie. Elle portera sur les leçons, tirées de la pandémie, susceptibles d’éclairer la théorie et les pratiques dans ce domaine. L’objectif n’est pas de remettre en question les mesures sanitaires, mais d’identifier les stratégies porteuses à long terme en matière de conseil scientifique. Parmi les thèmes qui pourraient être abordés : la compatibilité des modalités de conseil avec une crise à long terme, les risques de politisation de la science ou le possible changement de paradigme induit par la pandémie dans la théorie et les pratiques de conseil scientifique.

 

Modératrice :
Mona Nemer
– Conseillère scientifique en chef du Canada
Conférenciers :
Joanne Liu
– Professeure, École de santé des populations et de santé mondiale, Université McGill;
Membre, Panel indépendant pour la préparation et la réponse aux pandémies (IPPR), Québec, Canada
Chor Pharn Lee
– Analyste principal en prospective;
Centre for Strategic Futures, Bureau du Premier ministre, Singapour
Andrea Ammon
– Directrice, Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, Suède
Rafael Radi
– Président de l’Académie nationale des sciences;
Coordinateur du groupe consultatif scientifique honoraire du président sur la COVID-19, Uruguay

9 h 30 │ Pause

9 h 45 │ Panel : Le conseil scientifique pendant la pandémie de COVID-19 : Les facteurs qui ont fait la différence

9 h 45 – 10 h 30

Cette séance est l’occasion de passer en revue certaines des leçons tirées de divers projets internationaux qui ont été les plus efficaces pour synthétiser des données probantes ou pour compiler les politiques publiques à travers le monde. Notre objectif est de déterminer si des facteurs transversaux influencent l’utilisation des données probantes dans la prise de décisions, au-delà des conditions contextuelles (culturelles, sociologiques, institutionnelles…)

 

Modérateur :
Romain Murenzi
– Directeur général, Académie mondiale des sciences (TWAS), Italie
Conférenciers :
Stephen Quest
– Directeur général, Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne, Belgique
Yuxi Zhang
– Chercheuse postdoctorale, Blavatnik School of Government, Université d’Oxford, Royaume-Uni
Amadou Sall
– Directeur, Institut Pasteur de Dakar, Sénégal
Inaya Rakhmani
– Directrice, Directrice de l’Asia Research Centre de l’Universitas Indonesia

Séance Studio | Panel : Diplomatie scientifique : leçons à retenir et à appliquer

Nous examinerons comment les pays ont mobilisé (ou non) la diplomatie scientifique, que ce soit à l’échelle internationale ou entre gouvernements et espaces politiques. Qu’est-ce qui a fonctionné, et pourquoi? De nouvelles structures ont-elles été créées? Subsisteront-elles? Comment la diplomatie scientifique se comporte-t-elle face aux impératifs nationaux? La diplomatie scientifique a-t-elle atteint ses objectifs, et ces derniers ont-ils évolué en contexte de crise? Comment notre perception de la diplomatie scientifique a-t-elle évolué?

 

Modératrice :
María Estelí Jarquín
– Directrice adjointe, Affaires internationales, Université du Costa Rica
Conférenciers :
Marga Gual Soler
– Jeune leader mondiale du Forum économique mondial; Fondatrice de SciDipGLOBAL, Espagne
Jan Marco Müller
– Conseiller scientifique et technologique, Division de la planification des politiques stratégiques, Service européen d’action extérieure, Belgique
Mitsunobu Kano
– Co-conseiller scientifique et technologique, ministère des Affaires étrangères, Japon
Mandë Holford
– Professeure agrégée, CUNY Hunter College, The American Museum of Natural History, CUNY Graduate Center, États-Unis

10 h 30 │ Pause

10 h 45 │ INGSA Horizon : Salim Abdool Karim

10 h 45 – 11 h 30

Face à une crise, nous avons besoin de certitude : les citoyens veulent être rassurés, les scientifiques veulent des faits, les décideurs politiques veulent des solutions. Comment les scientifiques et les décideurs peuvent-ils s’orienter dans une situation où il n’y a pas de certitude, où le consensus scientifique peut changer soudainement et où les fondements mêmes de la connaissance sont en constante évolution ?

Salim S. Abdool Karim est un épidémiologiste sud-africain spécialisé dans les maladies infectieuses cliniques, largement reconnu pour ses contributions à la recherche sur la prévention et le traitement du VIH. Il est directeur du Centre pour le programme de recherche sur le sida en Afrique du Sud (CAPRISA) et professeur CAPRISA en santé mondiale à l’Université Columbia, aux États-Unis.

Pendant un an, le professeur Abdool Karim a présidé le comité consultatif ministériel sud-africain sur la COVID-19. Il rejoint INGSA Horizon pour discuter des leçons à tirer de la ligne de front en conseil scientifique.

 

Discutante :
Inès Hassan
– Responsable du projet COVID-19 Scenarios, Conseil international des sciences ;
Chercheuse principale en politique au Programme de gouvernance mondiale de la santé, Usher Institute, Écosse
Conférenciers :
Salim Abdool Karim
– Directeur du Centre pour le programme de recherche sur le sida en Afrique du Sud ;
Professeur CAPRISA en santé mondiale à l’Université Columbia, États-Unis

Séance Studio | Panel spécial: Le rôle du conseiller ou de la conseillère scientifique en chef

Dans les pays dotés d’un conseiller ou d’une conseillère scientifique en chef (CSC), la pandémie a braqué les projecteurs sur ce rôle parfois jugé durement. Cet événement unique portera sur les différents modèles, mécanismes et défis associés au rôle de CSC en période de pandémie. Où trouve-t-on des mécanismes qui fonctionnent bien? Existe-t-il un modèle « idéal » de CSC? Quelles autres structures devraient être mises en place pour en augmenter l’efficacité? Quels mythes faudrait-il déboulonner?

 

Modérateur :
E. William Colglazier
– Rédacteur en chef de la revue Science & Diplomacy, Association américaine pour l’avancement des sciences, États-Unis
Conférenciers :
Juliet Gerrard
– Conseillère scientifique en chef, Nouvelle-Zélande
Teatulohi Matainaho
– Conseiller scientifique en chef, Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée;
Président, Conseil scientifique et technologique de Papouasie-Nouvelle-Guinée;
Corien Prins
– Présidente, Conseil scientifique pour les politiques gouvernementales (WRR) des Pays-Bas
Mark Ferguson
– Directeur général, Science Fondation Ireland; Conseiller scientifique en chef, Gouvernement d’Irlande

11 h 30 │ Lunch

12 h 15 │ Panel : Sciences transdisciplinaires : Où en sommes-nous?

Notre attention se portera sur la capacité de la science à générer des connaissances et des données scientifiques afin d’éclairer les décisions gouvernementales. La science qui peut nous aider à faire face aux problèmes complexes est parfois appelée « post-normale » ou « transdisciplinaire » : elle se base sur des apports multiples et génère des résultats synthétiques. Cependant, elle est difficile à déployer et nos cultures et structures actuelles de production et de transmission des connaissances ne la favorisent pas. La pandémie de COVID-19 nous a permis d’entrevoir le champ des possibles. Pouvons-nous miser sur ces réussites et institutionnaliser la transdisciplinarité?

 

Modératrice :
Theres Paulsen
– Directrice, Réseau pour la recherche transdisciplinaire, Académies suisses des arts et des sciences, Suisse
Conférenciers :
Jose Siri
– Chef scientifique principal de la division Cities, Urbanization, and Health, Programme « Our Planet, Our Health » du Wellcome Trust, Royaume-Uni
Ana Maria Hernandez Salgar
– Présidente de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), Canada
Naoko Ishii
– Directrice, Center for Global Commons, Université de Tokyo, Japon
Nicole Grobert
– Présidente du Groupe de conseillers scientifiques en chef de la Commission européenne, Royaume-Uni

Séance Studio | Pratiques innovantes dans le domaine du conseil scientifique – COVID-19 : repenser le conseil scientifique

Le réseau INGSA est ravi de présenter pour la première fois une sélection des nouveaux modèles et pratiques les plus innovateurs visant l’interface entre la science et les politiques. Ne manquez pas ces exposés de pointe qui portent sur ce qui va bien aujourd’hui et sur ce que l’avenir nous réserve!

 

Modérateur :
Mehrdad Hariri
– PDG et président du Centre canadien des politiques scientifiques, Canada
Conférenciers :
Anna-Maria Arabia
– Directrice générale, Académie australienne des sciences
Diego Quirós
– Professeur, Écoles d’informatique, d’économie et de statistique, Université du Costa Rica
Katrina Lawson
– Responsable de la communication à l’unité de recherche clinique, Université d’Oxford, Royaume-Uni
Alexandra Middleton
– Professeure adjointe, Oulu Business School, Université d’Oulu, Finlande
Toby Wardman
– Chef de la communication, Science Advice for Policy by European Academies (SAPEA), Belgique
Andrew Millar
– Conseiller scientifique en chef, Environnement, Ressources naturelles et Agriculture, Gouvernement d’Écosse, Royaume-Uni

13 h │ Pause

13 h 15 │ Plénière : Repenser nos modèles face à un possible changement de paradigme

13 h 15 – 14 h

La pratique du conseil scientifique repose sur des modèles établis de production de connaissances et d’élaboration de politiques ainsi que sur les relations entre le monde scientifique, les personnes en position de décision et la société civile. Or, ce paradigme est aujourd’hui en pleine mutation. Comment, dans ce cas, formuler des avis scientifiques pertinents ? Cette séance portera sur la transformation des discours et les changements de paradigme à grande échelle qui sous-tendront les politiques futures et le rôle du conseil scientifique dans ce processus évolutif.

 

Modérateur :
Ian Goldin
– Professeur de mondialisation et de développement, Université d’Oxford, Royaume-Uni
Conférenciers :
Armine Yalnizyan
– Économiste; Boursière Atkinson Fellow sur l’avenir des travailleurs, Canada
Achim Steiner
– Administrateur du Programme des Nations unies pour le développement, États-Unis
Amba Kak
– Directrice, Politiques et programmes mondiaux, Institut AI Now de NYU, États-Unis
L’aîné Dave Courchene
– Gardien du savoir de la nation Anishnaabe ; fondateur du Turtle Lodge International Centre for Indigenous Education and Wellness, Canada

Organisé par

Fonds de recherche du Québec (FRQ)

International Network for Government Science Advice (INGSA)

Gouvernement du Canada

INGSA operates under the auspices of the International Science Council

Posez une question aux panélistes!


Si vous désirez poser une question aux panélistes lors du congrès INGSA 2021, cliquez sur le bouton ci-dessous.